Wifeel, le réseau social des émotions

Wifeel, le réseau social des émotions

Article publié sur le site INfluencia.net – le 12 Mars 2014

 

Comment exprimer son ressenti face à une information qui ne cesse de relayer des drames à travers le monde ? Alors que le « like » semble s’essouffler, est-il socialement acceptable de liker un article concernant la situation dramatique en Syrie ? – Wifeel entend utiliser la palette des émotions pour traduire des sentiments qui sont de plus en plus exprimés au grand jour.

Wifeel est l’un des premiers réseaux sociaux à utiliser l’émotion comme porte d’entrée principale. Le principe est simple, transformer le statut lambda en smiley. Avec pas moins d’une cinquantaine d’émoticônes, le grand écart émotionnel aura tout le loisir de s’exprimer. Disponible depuis peu via l’application iPhone et Android, Wifeel joue la carte de « l’empathie » en qualifiant ses émotions. « La vie est un monde d’émotions que nous avons besoin de partager avec notre entourage. Et si possible à plusieurs ». Tel est le manifeste de Xavier de Fouchécour, fondateur du réseau social. Colère, tristesse, joie, surprise… L’être humain n’a jamais été autant sollicité par son environnement, et l’envie de faire partager son expérience à un cercle plus ou moins proche est une tendance qui augmente. Une mauvaise expérience dans un restaurant, un coup de cœur cinématographique, une déception amoureuse…

Dans les faits, plus de 90% des personnes partagent avec d’autres le récit des événements qui ont suscité des émotions. 60% le jour même, et à plusieurs reprises dans plus de 70% des cas*. Mais au fait, pourquoi un tel déballage ? « L’émotion fait partie de la vie, c’est une véritable valeur au pouvoir de viralité très important. Par exemple, au lieu d’informer vos followers que vous êtes à un endroit, n’est-il pas plus intéressant de savoir quels sentiments vous habitent ? En colère car votre avion a du retard, ou heureux à l’idée de rejoindre une contrée lointaine », souligne Xavier de Fouchécour.

Un modèle économique en plein développement

Forte de 2000 abonnés, la plate-forme propose des services qui pourraient intéresser les marques. Avec la géolocalisation, l’abonné Wifeel peut ainsi connaître les grandes tendances dans un quartier à Paris, l’impact d’un livre ou encore l’ambiance d’un restaurant… « Avec Wifeel, l’émotion devient une donnée quantifiable à laquelle l’utilisateur peut rattacher commentaires, sujets, images, lieux ». Dans son désir d’expérience, le consommateur ne veut plus uniquement consommer, il veut également toucher, sentir, se réapproprier la marque… expérimenter des émotions. Le fait qu’une enseigne soit localisée comme étant source de bonheur ou de plaisir est un levier puissant qui le poussera à renouveler son expérience.

Deux autres fonctionnalités vont également voir le jour. Wifeel Insitu, utilisable dans des lieux d’exposition ou au cours d’événements, et qui permet au public de réagir et d’afficher les résultats statistiques en temps réel. Dans le cadre de l’exposition « The happy show » de Stefan Seigmaster à la Gaîté Lyrique, Wifeel a installé un « In Situ » qui permettait aux visiteurs de réagir émotionnellement à plusieurs questions. Et, Wifeel Média, véritable alternatif au « like » qui permettrait de réagir émotionnellement au contenu du site et de connaître également le ressenti des autres utilisateurs? En utilisant le créneau « happiness », Coca Cola a fait de l’émotion sa principale marque de fabrique. Et si les marques pouvaient en faire autant avec Wifeel ?

(*) Le partage social des émotions, de Bernard Rimé – PUF

Leave a Reply